• eYo - Patricia Lamontagne

Blessures sportives et tricheries du corps

Ce que j'appelle communément les "tricheries du corps", ce sont les compensations qu'on utilise parfois pour réaliser un mouvement. Je m'explique.


Prenons par exemple un geste simple : la flexion des épaules. Laquelle de ces deux images représente la réelle capacité de flexion de mes épaules ?


Tout d'abord, la flexion des épaules s'exécute grâce à l'activation d'un groupe musculaire spécifique. Cependant, ce mouvement des épaules ne concerne en rien l'extension du dos. Ce n'est pas un mouvement pour la colonne vertébrale.


Sur cette première photo, on voit ma réelle flexion d'épaules. Ma posture est bien centrée, mes oreilles sont au-dessus de mes épaules, mes épaules sont au-dessus de mes hanches et mes hanches sont au-dessus de mes chevilles. Ma colonne vertébrale a conservé ses courbures naturelles malgré la flexion de mes épaules. Ma cage thoracique ne s'est pas élevée vers le haut.


Sur cette deuxième photo, on voit que j'ai triché pour donner l'impression (ou me faire croire à moi-même...) que mes épaules vont loin en-arrière. Cependant, si on mesurait l'angle, on verrait que la réelle capacité de flexion de mes épaules n'a pas changé. C'est en sur-utilisant mon dos, en cambrant la partie lombaire et en élevant ma cage thoracique que j'ai donné cette impression d'amplitude.


C'est en "trichant" ainsi qu'on peut malheureusement créer des tensions inutiles dans notre corps et risquer de se blesser. "J'comprends pas, cet exercice me donne mal au dos..."


Que ce soit parce que notre égo dirige notre façon de nous entraîner, ou parce qu'on n'a pas suffisamment de proprioception (de GPS interne) pour avoir pleinement conscience de nos mouvements, ou encore parce qu'on nous l'a mal enseigné, la pratique d'un exercice, même le plus simple, peut devenir contreproductive.


De la même façon, en selle, les difficultés qu'on rencontre peuvent être causées par des tricheries du corps, des compensations qu'on installe en sur-utilisant certaines parties de notre corps pour camoufler le manque de tonus ou de souplesse de d'autres.


D'ailleurs, les chevaux ont également les mêmes mécanismes de compensation, mais ils les utilisent pour d'autres raisons. Ils peuvent également subir et être influencés négativement par nos propres "tricheries" en selle. Je vous en reparlerai un peu plus tard dans une autre publication.


En attendant, il serait sage de confier votre entraînement ou celui de votre cheval entre les mains de gens compétents, qui ont une bonne compréhension du mouvement et de la mobilité.



0 vue

Découvrez eYo sur les réseaux sociaux

  • horsealotlogo
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Social Icon

​© 2016 par eYo

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now